Newsletter

 Bogolan tissu fait main

Le bogolan, c'est quoi ?

Le bogolan est un tissu traditionnel tissé et teint à la main. Le mot bogolan est un mot bambara, ethnie majoritaire du Mali. bogo veut dire « la terre » lan le suffixe signifie « l'art de faire avec ».
Le bogolan est un art issu de la terre. C'est un tissu noble doté de vertus thérapeutiques et source de vitalité !

Le bogo est de l’argile prélevé dans les marigots ou dans le fleuve Niger. Il donne la couleur noir essentielle au bogolan.

Trois plantes principales issues de la pharmacopée sont également utilisées:

-le N’galama, ou bouleau d'Afrique, aux feuilles antiseptiques et antibiotiques pour soigner certaines maladies qui donne la couleur ocre jaune;

-le N'peku, écorce d'arbre utilisé contre la toux, qui offre sa palette de couleurs ocre rouge;

-le Wolo son écorche donne une couleur ocre plus foncée qui tire au marron

Comment est-il confectionné ?

Le coton est récolté et filé par les femmes puis tissé à la main. Le résultat obtenu : des bandes d'étoffe de plusieurs mètres.

Une fois tissées, les bandes de tissus sont cousues pour former une pièce.
Certains motifs du bogolan sont des reproductions de signe ancestraux ou aujourd'hui des signes particuliers à chaque artiste.

Les dessins sont réalisées soit avec des pochoirs tampons, des pinceaux ou à main levée (sur un même tissu, on peut retrouver les différentes techniques).

Le tissu dit basilan est obtenu à partir d'une 1ère teinture à base de feuilles de n'galama : 3 trempages et séchages successifs sont nécessaires pour obtenir la couleur ocre qui joue aussi un rôle de fixateur.

L'argile noire est appliqué par l'artiste sur le tissu basilan à l'aide de tiges, baguette, pochoirs ou tampons pour former les motifs. Cette application demande beaucoup de soin, patience et de dextérité : il est difficile de gommer!                        Housse de coussin en bogolan

Une fois sec, plusieurs méthodes sont utilisées pour enlever les résidus de terre : soit on frotte le tissu, soit on balaye le tissu, soit on le lave.
Si le tissu est lavé, il faut le retremper dans les décoctions de feuilles et reprendre les motifs une seconde fois.

On applique sur les endroits souhaités différents pigments naturels pour obtenir la couleur désirée.
La couleur blanche s’obtient grâce à une mixture détergente (potasse à base de cendres) qui enlève l'ocre fixateur.
Les autres couleurs viennent de feuilles et d'écorces d'arbres.

Le bogolan, ça vient d’où ?

A l'origine, le bogolan vient du basilan, tissu teint avec des feuilles de plantes médicinales.
D'après la légende, un chasseur est tombé au fond d'une mare de boue en poursuivant un animal. Sa femme n'est pas parvenue à enlever les tâches noires indélébiles de son habit en basilan.

Les femmes ont alors commencé à se servir de la boue d'argile pour décorer le basilan de signes ancestraux.

Le bogolan a ses origines en Afrique de l'Ouest. Il est fait essentiellement au Mali, Burkina Faso et en Guinée. Art ancien et pratiqué par les femmes à l'origine, il montre toute la richesse et la culture de ces peuples.

Les motifs et dessins sont des signes graphiques très anciens, symboles des traditions Dogon, Malinke et Mandingue, des marques d'identité d'une population, d'un village.
Chaque signe tracé sur le tissu avait une signification et constitue souvent aujourd'hui la signature d'un artiste.

Et le bogolan de Jendalma ?

Il est issu principalement du Mali, pays de référence dans cette technique traditionnelle.
Jendalma sélectionne des tissus 100% coton de premier choix et des artisans expérimentés.
Jendalma propose du linge de maison et des tissus d'ameublement en bogolan : housse de coussin, jeté de canapé, tentures décoratives …

 Housse de coussin